19/10/2004

Adieu.

Je viens vous dire adieu...Ange Noir n'a plus raison d'être...
Il a trouvé la paix, le bonheur...
 
Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont suivi cette histoire, et qui sait...
se retrouvera- t'on sur le net pour d'autres aventures?...
 
FIN DU BLOG ce mardi 19 octobre 2004.

20:59 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

18/10/2004

Bao.

BAO sera son prénom...mama Maria, la vieille voyante gitane, l'a décidé ainsi.
Et je n'ai pu qu'approuver...elle lui avait prédit une destinée magnifique...par son nom il serait roi...
Roi? de quoi? J'avais ri...elle pas, alors j'avais accepté.
 
Je m'étais installé parmi eux, dans leur camp.En tout cas, un certain temps, le temps d'élever Bao avec leur aide, et le temps pour moi de me reconstruire...il me fallait trouver du travail, j'étais père, je devais assumer ma responsabilité...
 
Diégo m'avait laissé sa roulotte, il était allé chez son frère ...2m plus loin...
Ils m'avaient tous aidé pour m'installer avec Bao, du plus jeune de la tribu à l'aîné ...
Ensuite ils avaient chanté...et ma voix s'était jointe aux leurs...
 
Pour la première fois j'étais en paix avec mon âme...je me sentais enfin chez moi...
 

23:00 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/10/2004

Nouvelle vie.

Ils voulaient que je reste avec eux...je ne pouvais pas.
Je ne voulais pas ...vivre sur la terre où elle avait péri...il fallait que je parte.
Où allais-je aller avec mon fils encore si petit...comment allais-je me débrouiller?
 
J'ignorais ce qui allait arriver mais je me mis en route ...bébé dans son panier sur le cheval, moi derrière et bien sûr mes deux compagnons si fidèles...
 
Je n'avais pas encore pensé à lui donner un prénom...qu'aurait-elle voulu elle?
 
Sans m'en rendre compte, perdu dans mes pensées, j'avais laissé aller mon cheval aller où bon lui semblait...et tout naturellement il était retourné chez lui, au camp des gitans qui m'avaient accueilli...
 
 
 

14:48 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/10/2004

Petit ange.

Il m'aura fallu tout ce temps pour comprendre et réaliser ce qui m'arrivait...
Des jours entiers je suis resté figé, juste bu ce que la vieille indienne me préparait...je ne pouvais pas pleurer, mon visage était méconnaissable...mais elle comprenait, elle compatissait, c'est elle qui pleurait pour moi...
 
Je n'avais pas pensé une seule fois à mes compagnons, pourtant ils étaient là à me veiller...
 
Les seules fois où la douleur s'apaisait étaient quand je le regardais ...lui...ce bébé...MON FILS...la chair de ma chair...fruit de l'union de notre amour lorsque nous étions là-haut...
Elle était morte en lui donnant la vie...
 
Aujourd'hui je m'étais levé...aujourd'hui la vieille indienne me l'avait donné...aujourd'hui mes larmes ont coulé...contre moi je l'ai serré...
 
 

22:17 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

07/10/2004

Ma douleur.

Ces quelques jours passés en compagnie de ce peuple fier et très hospitalier m'avait fait un bien fou...Avant de repartir, ils m'avaient offert un cheval...pour me remercier d'avoir soigné leur chef par mes plantes...
Donc j'étais reparti joyeux entouré de mes compagnons...mais ce moment de joie ne dura pas...car une douleur incroyable me vrilla le coeur...le bras et la main...
Je dus descendre de mon cheval pour m'asseoir...reprendre mes esprits...je n'arrivais plus à respirer ...ma dernière image fut celle de mes compagnons inquiets...je perdis conscience.
 
Lorsque je me réveillais , j'étais allongé sur une natte et une vieille femme indienne était penchée vers moi...elle pleurait...
Dans un berceau suspendu, un bébé dormait paisiblement, nullement tracassé par les bruits qui l'entouraient...
Ce qu'elle m'annonça alors fut horrible...

18:24 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

02/10/2004

Le désert.

J'étais reparti le coeur enchanté de connaître enfin son prénom...
Je devais me diriger vers le paysage désertique qui caractérisait la vaste réserve indienne, région connue à la fois pour ses chaînes de collines, ses mesas et ses cours d'eau à sec...
 
Il faisait très chaud l'après-midi...et je devais traverser quelques kilomètres de désert...par contre la nuit était très froide, j'entraînais sans perte de temps mes compagnons...
GED, juché sur mon épaule, s'envola soudain et partit droit devant...KESCH le suivit aussitôt...
 
Le spectacle qui s'offrit à moi alors me laissa bouche bée.
GED s'était gentiment perché sur la main d'une jeune femme berbère...elle murmurait des sons étranges...KESCH les regardait, nonchalament couché à ses pieds...
Elle était jolie et gracieuse, me fit un large sourire quand elle me vit...
Elle m'invita à rejoindre la caravane et me présenta à son mari, sous leur tente...
 

23:08 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

28/09/2004

La sorcière du marais.

Mon séjour chez les gitans m'avait redonné du courage et nous nous étions quittés sur une belle amitié...mes compagnons n'étaient pas très heureux de repartir à l'aventure...ils avaient été honteusement gâtés là-bas...je souriais...
Ils m'avaient prévenu d'un danger sur mon chemin aujourd'hui car je devais passer par le marais maudit...on disait qu'une sorcière hantait les lieux...je riais...
 
Ici dans la vallée il faisait plus doux que sur la montagne.Je traversais le petit village...les habitants sortaient de leur petite maison de pierre en nous apercevant...il fallait dire que nous formions un trio bien étrange...
Les enfants jouaient dans les jardins fleuris, les animaux folâtraient ...Sur la place du village, la fontaine crachait une eau claire, éclaboussant KESCH qui passait trop près...je riais...j'étais heureux, détendu...
 
Le village laissé derrière moi, je sentais que l'atmosphère s'était refroidie, assombrie...mes compagnons semblaient nerveux...j'approchais du marais, j'y pénétrais...
Le sol était boueux et on s'enfonçait de plusieurs centimètres, tout autour les bois étaient noirs et lugubres, une odeur épouvantable montait de ce lieu...et je l'ai aperçue...la sorcière...
 
Je n'avais pas spécialement peur, j'étais plutôt intrigué...je m'avançais vers elle, mes yeux fixant les siens...je souriais...
Elle paraissait désorientée, perplexe de me voir approcher ainsi...elle recula pour me laisser passer...ce que je fis tout en la remerciant...elle me cria alors un mot en indien nagual, un prénom...mon coeur aussitôt le reconnut ...c'était celui de ma bien-aimée...
 
Lorsque je m'arrêtais enfin pour me reposer...ces mots furent pour elle:
 
Que j'aime prononcer ton prénom
Que j'aime m'imprégner de ce son
Toi qui au loin est ma Femme
Toi qui attises ma flamme.
 
J'ai eu beau rêver tant de fois
Mon rêve le plus doux est quand je rêve de toi
Quand je t'imagine telle une ondine
Venir contre moi sensuelle et féline...je m'endormais...
 
 
 

23:36 Écrit par Ange Noir | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |